[Kaishin] Final Fantasy IX, bien plus qu'un jeu?



 
FFI: Quel ennemi peut-on trouver dans la salle du cristal du vent, la même pièce où l'on affronte Tiamat? RÉPONDRE
FFII: Comment s'appellent les frères du royaume de Kashuan? RÉPONDRE
FFIII: Quelles sont les différences notables entre les versions NES et DS? RÉPONDRE
FFIV: Quelle est l'épée là plus puissante du jeu? RÉPONDRE
FFV: Quel objet augmente les chances de faire "sword dance"? RÉPONDRE
FFVI: Où trouve-t-on Gogo le mime ? RÉPONDRE
FFVII: Comment utiliser l'invoquation Chevalier de la table ronde sans déclencher la cinématique (valable pour toutes les invoquations du jeu) ? RÉPONDRE
FFVIII: Où est-ce que l'on trouve l'objet "Amour Bestial"? RÉPONDRE
FFIX: Quel est le vrai nom de Dagga/Grenat ? RÉPONDRE
FFX:Dans quel autre pèlerinage sans succès Lulu et Wakka participait comme gardiens ? RÉPONDRE
FFX-2: Comment s'appelle le fils de Lulu et Wakka? RÉPONDRE
FFXII: Quelle est la différence entre la version occidentale et japonaise concernant Omega Mark XII ? RÉPONDRE
FFXIII: Que représente Snow pour Lightning ? RÉPONDRE
FFXIII-2: Où Chocobolina n'apparaît-elle pas? RÉPONDRE
Advent Children: Pourquoi Rufus Shinra demande t-il l'aide de Cloud? RÉPONDRE
Crisis Core: Comment monte t'on de niveau? (précisément) RÉPONDRE
Dirge of Cerberus: Qui est la sœur de Shelke ? RÉPONDRE
Last Order:  Comment Zack et Cloud reviennent ils prêt de Midgard? RÉPONDRE
KH BBS : Quels sont les noms des trois personnages principaux ? RÉPONDRE
KH 358/2 Days: Quels ont les mondes présent dans 358/2 Days? RÉPONDRE
KH CoM: Comment s'appelle le personnage blond qui dessine ? RÉPONDRE
Kingdom Hearts I: Comment obtenir la Keyblade Clairvoyante ? RÉPONDRE
Re: coded: A qui appartient le journal ? RÉPONDRE
KH II: Combien existe t'il de modèle gummi pré conçu ? RÉPONDRE



Derniers sujets margin-top -10px
» [TV] Dingues de série télé
Sam 14 Mai - 19:46 par Invité

» [RPG] Final Fantasy Rebirth
Jeu 28 Avr - 13:31 par Shaynee

» Nostalgie avec le site web de FFVIII.
Sam 7 Nov - 13:52 par Shiva

» [News] Lightning Returns: Final fantasy XIII
Ven 23 Oct - 14:23 par Shiva

» Promotion Steam
Dim 18 Oct - 17:03 par Jo

» Fortress
Jeu 15 Oct - 17:41 par Sephiroth

» Soluce de Final Fantasy Crystal Chronicles Bearers
Mer 7 Oct - 22:01 par Shiva

» Missions extras Final Fantasy XII Revenant Wings
Mer 7 Oct - 21:58 par Shiva

» Soluce de Final Fantasy XII Revenant Wings
Mer 7 Oct - 21:57 par Shiva





  





Partagez|

[Kaishin] Final Fantasy IX, bien plus qu'un jeu?

KaishinNovice
Masculin
♦ Gils 506
♦ Messages : 266
MessageSujet: [Kaishin] Final Fantasy IX, bien plus qu'un jeu?  Dim 1 Fév - 22:32



Présentation du dossier


Il y a longtemps que j’ai eu envie de faire un dossier complet sur final fantasy IX, mais pas un dossier comme on en voit sur tous les sites consacrés à cette saga. Car après tout, je ne saurais faire mieux que ce qui a déjà été fait, je n’ai pas la patience de faire une soluce et ce n’est pas ce que je recherche. Je ne sais pas pour vous, mais, ce qui m’a toujours manqué, en errant d’un site à l’autre, c’est la quasi-absence d’analyse de ce qu’il se passe dans le jeu… Car au final, un final fantasy est avant tout un scénario, contenant une morale, des personnages qui évoluent, une trame bien ficelée, mais aussi tout conjugué de mythes et légendes peu connus ! Certes, cela reste un jeu vidéo, mais je trouve dommage de ne pas s’attarder sur la profondeur de l’œuvre.
Dans ce dossier, je vais donc tenter de vous faire partager ma passion pour ces œuvres d’une profondeur assez incroyable pour un jeu vidéo. Je me suis rendu compte que parfois on se laisse prendre par l’intrigue, elle nous absorbe totalement, mais on en oublie de prendre du recul et de se demander ce que l’on a vu, de chercher à comprendre ce qu’il s’est passé et de tenter de décortiquer le message sous-jacent.
C’est à cela que j’aspire dans ce dossier. À tous les curieux qui sont comme moi, qui aiment réfléchir un peu, je vous invite à compléter ce dossier, à faire part de vos commentaires et de vos critiques, pour qu’il s’étoffe et progresse. Je ne vous garantis pas de vous livrer les clefs de la compréhension totale du jeu, mais je vais m’efforcer de mettre en lumière certains points qui reste bien trop souvent dans l’ombre…
Mais vous me direz, après cette petite présentation, que va-t-on trouver dans ce dossier ? De quoi va-t-il nous parler ? Je vais donc commencer par répondre à cette interrogation muette, afin que ceux qui ne sont pas intéressés puissent passer leur chemin, et que ceux, dont j’aurais éveillé la curiosité, puissent trouver plus facilement ce qui les intéresse. Voici donc les différents points que je vais tenter d’éclaircir :

- Une présentation plus en profondeur des personnages
  • Djidane
  • Daga
  • Steiner
  • Bibi
  • Kweena
  • Tarask
  • Eiko
  • Freyja
  • Kuja
  • Les mages noirs
  • Et tous les autres

- Petit résumé de l’histoire et des différents thèmes soulevés

- Développement des thèmes

- Présentation des lieux
  • Leurs rôles dans l’histoire et leurs origines

- L’univers

- Les chimères
  • Sources d’inspiration et ce qu’elles symbolisent

- Quelques-unes des grandes sources d’inspiration

- Final Fantasy, bien plus qu’un jeu ? Ce que l’on en retire.

Pour l'instant je n'en suis qu'au début^^. Mais comme j'avais déjà commencé ce dossier pour le site de FFdestiny à la base, je vous le mets ici pour ce que ça intéresse =).


Luther ne calcula pas en vain car il avait une mère cocue et très dolente.[/center]
              .


Dernière édition par Kaishin le Mer 18 Mar - 13:03, édité 1 fois
KaishinNovice
Masculin
♦ Gils 506
♦ Messages : 266
MessageSujet: Re: [Kaishin] Final Fantasy IX, bien plus qu'un jeu?  Dim 1 Fév - 22:37

Introduction des personnages


Final Fantasy IX est l’un des rares jeux que je connaisse qui nous offre une première impression sur les personnages principaux avant même d’avoir commencé à jouer. En effet, si on attend un peu à l’écran principal, on découvrira un petit diaporama des différents protagonistes de l’histoire ainsi qu’une petite citation qui leur est propre. Ceci sert à éveiller notre curiosité, à nous donner envie de découvrir les différents personnages car parfois, l’image jure avec la première vision que l’on a de tel ou tel acteur du jeu. Prenons l’exemple de Djidane ; la première fois qu’on le voit, il se tient les yeux levés au ciel, sur un fond vert, le tout est plus que nostalgique. Et pourtant, lorsqu’il entre en scène, on découvre un personnage plein de vie et de bonne humeur, bien loin du caractère tragique que l’on a découvert au premier abord.
Ce diaporama aiguise donc notre curiosité, mais nous donne également des pistes de réflexion concernant les différents protagonistes de l’histoire. Le négliger, c’est perdre un peu de l’essence de leur caractère car la phrase qui orne chaque image n’est autre que le file conducteur de leur évolution mais également la clef de compréhension de leur nature profonde et des dilemmes qu’ils rencontreront tout au long de leur péripétie.

Djidane




Il est le héro de l’histoire et l’un des acteurs principaux de l’œuvre. C’est avec lui que l’on fait nos premiers pas dans le jeu. Jeune adolescent de 16 ans, il s’éprendra rapidement de la princesse Grenat d’alexandrie. Plein d’entrain et toujours prêt à aider les autres, il est d’un naturel enjoué et bon enfant.



La première fois qu’il nous est donné de le découvrir, c’est dans le diaporama du début du jeu, à l’écran des titres. On le découvre sous cette phrase qui le caractérise et dont il fera son light motif « A-t-on besoin d'une raison pour aider quelqu'un ? » La phrase peut paraître un peu clicher, mais c’est uniquement vers la fin du jeu que l’on découvrira le contexte dans lequel elle est prononcée. J’y reviendrais un peu plus tard.

Je ne sais pas pour vous, mais j’ai tout de suite eu peur que Djidane soit l’un de ces héros Lambda dont on a que trop l’habitude, un personnage peu original et un peu rasoir. Heureusement, ce n’est pas le cas. Même s’il lui est attribué un rôle assez classique dans les histoire, à savoir celui du gentil héro prêt à aider tout le monde, il présente malgré tout certains aspects intéressants.
En effet, il y a du tragique en lui, il y a de l’imprévisible. Au cours de l’histoire, on le découvrira comme quelqu’un de foncièrement gentil, présent et sur qui on peut compté, un personnage qui a une certaine force de caractère, un ado attiré par les jolies filles. Mais ce qui nous met la puce à l’oreille est le fait qu’il fasse partie d’un groupe de voleurs. Ou sont donc ses parents ? Que fait-il avec ce genre d’individu ? Voilà qui à de quoi intriguer et à juste titre. Le héro de l’histoire n’est rien d’autre qu’un malandrin, assez peu courant tout de même.
Il quittera les Tantalas qu’il considère comme sa famille pour aller de l’avant aux côtés d’autres personnages qui deviendront les acteurs principaux de la pièce. Il fait la connaissance de Grenat qu’il se met en devoir d’aider à échapper du joug de sa mère, mais également de Bibi, jeune enfant torturé par des questions qui le dépasse.

Il leur apprendra la simplicité de vivre sans se poser de questions, de prendre les choses comme elles viennent et d’agir en conséquences le moment venu. Mais voilà qu’un événement inattendu vient perturber cette vision de la vie. En effet, Djidans va découvrir qu’il est issu d’une sorte de fabrique de clones, qu’il n’est donc plus unique. Mais bien pire encore, qu’il a été créer pour servir les desseins de son créateur.
Son monde s’écroule. Comment peut-il continuer à vivre comme il le faisait avant alors qu’il a été conçu dans l’optique de détruire ? Pourquoi continuer à aider les autres alors que même son créateur l’a conçu dans l’optique de le soustraire à Kuja ? Sa vie lui appartient-elle toujours ? Tant de questions qui vont le pousser à bout, l’inciter à rejeter ses croyances et ses espoirs.
En discutant avec ses génomes, Djidane se rend compte qu’il n’a qu’une vague idée de son existence et de ce qui le défini comme un personnage à part entière. Il est mis à l’épreuve par les clones qui ne cesseront de l’harceler de questions telles que :
« Pourquoi suis-je né ? »
« Pourquoi suis-je vivant ? »
« Tu ne connais pas les réponses, mais tu cries pour prouver que tu existes et que tu vis… Tu ne sais rien. »
Mis au supplice, notre héro ne sait plus où donner de la tête. Il se retrouve donc divisé, par ces croyances et les amitiés qu’il a tissé au fil de l’histoire et entre le plaisir d’avoir enfin découvert son origine. Peut-il rejeter tout ce qu’il a vécu pour retourner à la place qui lui était premièrement confié ? Est-il en droit de préféré sa vie telle qu’il l’a construite à sa patrie et à ses compagnons légitimes ? Tant de questions qui vont le torturer et le déchirer.

On découvre alors un Djidane nouveau, dévasté par l’énormité de la découverte et par la destruction des fondements mêmes qui composaient son style de vie. Ce passage reste pour moi l’un des plus jubilatoire du jeu. On découvre alors un héro qui refuse catégoriquement l’aide que lui offre ses camarades, allant même jusqu’à les affronter tant la douleur qu’il ressent lui pèse.
Mais finalement, à l’aide de ses amis, il parviendra à reprendre ces esprits et à dépasser sa condition de simple outil pour s’élever à celle d’être libre et vivant. On peut trouver un peu trop rapide le passage où il change d’avis, mais n’oublions pas que les personnages sont principalement des adolescents et que sous leurs grands airs d’assurance, ils n’en demeurent pas moins influençables… Il parvient donc, avec le concours de Dagga principalement, à retrouver ses croyances premières, à redevenir lui-même. C’est alors qu’il comprend qu’il est le seul à décider du cours de son existence, qu’entend qu’être pensant et indépendant, il n’a pas à se plier à la volonté de quelqu’un qui cherche à lui imposé une condition qu’il n’a pas voulu. Il conclura en clamant rageusement : « C’est moi qui décide qui je suis »
A nouveau convaincu en ses croyances, il mettra tout en œuvre pour sauver les génomes, qui sont au final fort ressemblant aux mages noirs, de la destruction de Terra par Kuja. Persuadé de leur innocence, il leur offrira l’asile dans le village des mages noirs, sur Hera, où ils pourront apprendre à vivre de façon indépendante et selon leurs volontés et leurs envies.

Djidane montre alors un acharnement nouveau à aider les autres, allant même à sauver son frère qui a tenté de le tuer. Et lorsque se dernier lui demande pourquoi avoir choisi de le sauver, Djidane lui répond avec simplicité cette phrase qui défini son personnage « A-t-on besoin d'une raison pour aider quelqu'un ? ».

C’est en la considérant sous cet angle que la phrase prend alors toute son ampleur et perd sa naïveté en révélant la véritable facette de Djidane. En effet, elle ne défini plus quelqu’un de gentil mais un peu stupide, prêt à se sacrifier pour aider les autres pour s’attirer leurs bonnes grâces, mais bien un personnage qui a évolué vers un idéal d’égalité et qui a compris la valeur de l’entre aide. Cette phrase ne laisse plus entrevoir quelqu’un prêt à venir en aide à quiconque, mais plutôt un personnage qui a dépassé ce stade pour en atteindre un plus profond et plus stable. En effet, Djidane ne cherche plus à donner des coups de mains, mais plutôt à donner une deuxième chance et à aider les gens à progresser. Et ceci s’incarne parfaitement dans l’image de la main qu’il tend à son frère.
Un personnage complexe donc, mais qui reste malgré tout quelque peu classique. Une évolution agréable et réfléchie, à laquelle il faut prêter attention pour parvenir à dépasser l’image du personnage cherchant à aider les autres car il n’a rien trouvé de plus intéressant à faire de sa vie. Djidane est au-delà de ce stade, et s’il cherche à aider son prochain, c’est parce qu’il a compris que même les plus forts d’esprit ont parfois besoin d’une deuxième chance et d’une épaule sur laquelle s’appuyer pour pouvoir mieux se redresser.


Luther ne calcula pas en vain car il avait une mère cocue et très dolente.[/center]
              .
ShivaFondatrice
Féminin
♦ Gils 3050
♦ Messages : 24746
♦ Age : 26
http://ffdestiny.highforum.net
MessageSujet: Re: [Kaishin] Final Fantasy IX, bien plus qu'un jeu?  Dim 1 Fév - 22:46

Un des meilleurs Final Fantasy.

J'avais jamais trop réfléchi sur les personnages de Final Fantasy IX.
Mais c'est vrai que ta conclusion de la phrase de Djidane tiens la route.

J'adore ce genre de dossier.
Continu, j'ai hâte de voir la suite.




KaishinNovice
Masculin
♦ Gils 506
♦ Messages : 266
MessageSujet: Re: [Kaishin] Final Fantasy IX, bien plus qu'un jeu?  Mer 18 Mar - 13:02

Grenat / Dagga




Princesse du royaume d’Alexandrie, Grenat nourrit des velléités d’indépendance. Ces dernières se manifesteront durant la représentation « Le Cid » de la troupe des tantalas où elle demandera à Djidane de l’enlevé. Elle partira donc à l’aventure accompagnée de son chevalier servant, Steiner, au côté du héro de l’histoire.

Au premier abord, je n’avais pas trop apprécié le personnage de Grenat. Au tout début, on découvre une fabuleuse fête organisée à l’occasion de son seizième anniversaire et on contemple une princesse richement vêtue qui tire la tête. De plus, dans le diaporama du début, elle nous apparaît sous la notice « On m’appelle princesse, mais je veux rester moi-même. » La première impression que j’ai donc eu de Grenat était assez proche des ses jeunes filles qui fêtent leur « incroyable anniversaire » sur MTV, des gamines de riches pourries gâtées qui n’ont aucune notion des valeurs de la vie.
Et c’est bien de cela qu’il s’agit ! On est bel et bien en présence d’une fille à papa qui obtient tout ce qu’elle demande. Sa mère ne lui laissant pas la liberté désirée, elle décide de fuguer en rejoignant la troupe de Djidane. Mais là encore, c’est d’un ton péremptoire qu’elle leur ordonne de l’aider.
La princesse d’Alexandrie, au début du jeu, est donc une jeune fille naïve, une gosse de riche de la pire espèce, incapable de se débrouiller toute seule et pourtant persuadé que le monde lui est dû. Il s’agit donc d’un personnage délicieusement détestable ! Quel plaisir de découvrir un héro à se point pourri gâté et inculte des pratiques et coutumes du monde extérieur. On découvre un superbe contraste entre la princesse mythique de bien des histoires qui est attachée à son peuple et consacre sa vie au bon fonctionnement de son royaume, et Grenat. En effet, cette dernière serre uniquement de « figure de proue », une sorte d’étendard que l’on brandit fièrement devant soi pour donner un aperçu des richesses du royaume ! En gros, Grenat sert d’emblème à son peuple parce qu’elle est belle.
Tout ceci est renforcé par l’illusoire profondeur de la phrase qui l’accompagne : « On m’appelle princesse, mais je veux rester moi-même »… Ceci est comparable, dans notre monde à quelque chose du genre « Je suis multi millionnaire, mais je veux rester moi-même ». Ce genre de déclaration est très propre à la petite bourgeoisie qui se veut condescendante envers le peuple ; ça sonne terriblement faux.
Une personne qui pense réellement cela est persuadée que le statut social et le regard des autres guide la ligne de comportement qu’on se doit d’adopter, qu’on est en quelque sorte défini par la vision que les autres ont de nous. C’est typiquement ce que fait Grenat au début du jeu. Elle pense que, puisqu’elle est une princesse, elle doit se conformer aux clichés qui englobent ce personnage, à savoir être attentive aux autres, etc. Pour elle, devoir se comporter de la sorte est en opposition avec son moi profond qui ne demande qu’à montrer sa vrai nature. Grenat décide donc de fuguer, et par conséquent de fuir la cour, afin de laisser à sa vraie nature l’opportunité de s’épanouir pleinement.



Pour résumé, la Grenat qui quitte Alexandrie au début du jeu est une enfant gâtée persuadée que le rôle qu’elle se doit de jouer nuit à son véritable caractère et empêche sa nature profonde d’exister. Elle choisi donc la fuite afin de pouvoir « être elle-même ».

Ce caractère se renforcera tout au long du jeu, jusqu’à la scène où elle coupe réellement tout lien entre elle est la cour en se coupant les cheveux. Scène magnifique de renoncement des devoirs et des responsabilités au profil d’une vie de liberté absolue. Comportement dès plus égoïste, mais comme elle n’est encore qu’une jeune adolescente, on le lui pardonne volontiers !
Il est intéressant de noté qu’elle accepte tout d’abord d’assurer la succession de sa défunte mère, mais qu’elle se ravise et décide à nouveau de fuir avec nos héros. Peut-être cette phrase a-t-elle traversé son esprit « On m’appelle majesté, mais je veux rester moi-même »?
On peut également souligné le fait qu'elle ait choisi de quitter Djidane au cour de l'aventure sous des raisons qui se veulent très noble. Mais au final, ne l'a-t-elle pas quitter uniquement parce qu'il commençait à lui dire un peu trop comment se comporter? Il lui a fait changé de nom, modifier sa façon de parler, il lui demande d'être discrète! Qui est ce gueux prétentieux pour oser demandé ça à la magnifique princesse d'Alexandrie?

Mais petit à petit, au contact de Djidane est des autres, elle comprendra qu’on ne peut fuir ses responsabilités, qu’il est impossible de renoncer aux devoirs qui sont les nôtres. Elle révisera alors au fil du jeu son point de vue, se demandant si la raison première de sa fugue est toujours valable, si elle peut continuer à vivre en accord avec elle-même tout en sachant qu’elle a fui. La réponse s’imposera alors comme une évidence, elle ne le peut pas. Cette découverte sonne alors comme une évidence, comme un coup de glas qui annonce le changement ! En effet, c’est à se moment là, à peu près sur terra, qu’elle réalise pleinement ce que tout cela veut dire, ce qu’être responsable implique ! Lorsqu’elle découvre les agissement de Garlan et de Kuja, Grenat réalise alors qu’elle ne peut plus fuir, de peur de voir son peuple finir comme celui de Terra !
Elle se met donc à aider son prochain, de bon cœur et spontanément ! Pas comme à boulmécia ou Clayra où elle le fait parce qu’elle pense que c’est en accord avec sa nature profonde, ou encore lorsqu'elle tente de s'opposer à sa mère dans une majestueuse crise de refus de l'autorité parentale, non cette fois elle le fait car elle a enfin compris que c’était son devoir ! Une formidable révolution qu’on a longuement attendue !

Et ce n’est pas peu dire ! La phrase du début, comme je l’ai présentée ne s’applique dès lors plus à notre chère petite princesse ! En effet, elle a pris du plomb dans la cervelle ! Elle s’est rendu compte qu’il n’y avait pas de dualité entre ce que l’on est et les devoirs qui nous sont échus ! Grenat comprend enfin qu’être princesse ou reine ne relève pas d’un style de comportement imposé auquel il faut se conformer, mais bel et bien d’un devoir. Elle réalise alors qu’elle peu demeurer elle-même tout en s’acquittant de ses devoirs, un peu à la façon de Djidane.
On peut voir son voyage comme une sorte de pèlerinage vers la sagesse. Elle part petite fille pourrie gâtée pour revenir femme responsable, une évolution qui n’est pas négligeable ! Elle apprendra plein de chose sur elle-même notamment qu’elle n’est pas la véritable princesse d’Alexandrie, mais une descendante du peuple des invoqueurs. Elle réalisera que la naissance n’a aucune impact sur le style de vie, les devoirs dont on doit s’acquitter et les amitiés qu’on peu nouer. Un apprentissage qui serait bénéfique à bien des personnes en somme.

Au final, c’est un personnage que j’ai adoré mais qui est très difficile à cerner. En effet, on ne nous donne que très peu d’information sur elle et on nage plus ou moins dans le flou si on n’est pas très attentif au moindre petit détail qui nous est donné. C’est également un personnage que je qualifierai de graphique. En effet, ce n’est pas tant en considérant ses actes que ses paroles que l’on arrive à se faire une idée juste d’elle, mais plus en l’étudiant, en regardant ses expressions et sa façon de se mettre en avant ou en retrait.
Si on ne porte pas attention à sa façon d’être, on sera berner par la fausse image de douceur et « d’accomodance » qu’elle transmet. On pourrait se dire « Tiens, ça c’est une fille facile à vivre », mais que ce passe-t-il dans sa tête ? Je vous laisse imaginer son discours intérieur quand Eiko lui annonce être amoureuse de Djidane et que Grenat découvre ces deux personnages entrain de discuter en tête à tête. Attention donc à ne pas être amadoué par sa beauté et son apparente fragilité car Grenat n'est ni plus ni qu'une fille de caractère! Un personnage donc très difficile à analyser, mais très intéressant!

Pour conclure, on peut dire que Grenat porte bien son nom. La couleur du grenat est un rouge profond, un rouge sanguin. Elle fait référence à la passion, la colère, la violence et autre émotions déchirées et puissantes. Cette couleur, c’est le personnage, c’est sa façon d’être, c’est son dilemme intérieur. Comment rallier devoir et façon d’être ? Comment cette couleur rallie-t-elle passion et colère ? Simplement comme le grenat, en existant…



Luther ne calcula pas en vain car il avait une mère cocue et très dolente.[/center]
              .
ShivaFondatrice
Féminin
♦ Gils 3050
♦ Messages : 24746
♦ Age : 26
http://ffdestiny.highforum.net
MessageSujet: Re: [Kaishin] Final Fantasy IX, bien plus qu'un jeu?  Mer 18 Mar - 17:26

J'attend de voir la suite de ton dossier Kaishin.
Il sera bientôt mis sur le blog.
J'oublierais jamais la scènes ou elle coupe ces cheveux.
Pour certains cela peut être débile. Mais on voit le changement de Dagga après cette scènes.




LightAmateur
♦ Gils 463
♦ Messages : 126
♦ Age : 26
MessageSujet: Re: [Kaishin] Final Fantasy IX, bien plus qu'un jeu?  Dim 17 Mai - 1:02

J'apprécie beaucoup ton dossier, tu a vraiment fait une analyse profonde sur ces deux personnages, j'adorerais lire la suite, j'espère que tu continuera !
KaishinNovice
Masculin
♦ Gils 506
♦ Messages : 266
MessageSujet: Re: [Kaishin] Final Fantasy IX, bien plus qu'un jeu?  Dim 17 Mai - 21:17

Merci Light^^. Je vais essayer de le continuer mais comme tu peux l'imaginer, c'est assez long à faire^^ (je passe plus de trois heure par fiche je pense...). Mais je ne l'ai pas laissé tomber! La fiche sur Steiner et en cour d'écriture^^.

En attendant, si vous avez des compléments ou une vision différente que la mienne d'un personnage, c'est avec beaucoup de plaisir que j'en discuterais avec vous! =)


Luther ne calcula pas en vain car il avait une mère cocue et très dolente.[/center]
              .
LightAmateur
♦ Gils 463
♦ Messages : 126
♦ Age : 26
MessageSujet: Re: [Kaishin] Final Fantasy IX, bien plus qu'un jeu?  Dim 17 Mai - 21:31

Ok, compte sur moi, mais tu dit tellement bien les choses, moi, je n'ai pas a te contredire, jusqu'a maintenant je partage ta vision des choses ^^

Steiner est un de mes perso préféré , beaucoup le trouve "chiant" mais moi je le trouve vraiment drôle lors de ses prise de tête ^^ et puis la façon dont il respecte Bibi.. j'adore !
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Kaishin] Final Fantasy IX, bien plus qu'un jeu?  Aujourd'hui à 4:04

[Kaishin] Final Fantasy IX, bien plus qu'un jeu?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Final Fantasy XIII
» Final Fantasy XIV
» [PSP] Dissidia : Final Fantasy
» Final Fantasy XIII
» Final Fantasy Tactics A2 : The Sealed Grimoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Final Fantasy Destiny :: Final Fantasy :: Final Fantasy (VII à XII) :: Final Fantasy IX-